Librairie

Pour obtenir la liste de nos publications disponibles, pour effectuer une commande, merci de télécharger le fichier ci-dessous

Greffier 6821b
  • Nom du fichier : Bon de commande de nos livres
Télécharger

La fortune de Salins XVIe-XVIIe siècles

La nouvelle édition est disponible (utilisez le bon de commande)

La présence de sources d’eau salée a donné naissance à la ville de Salins. Son histoire est une des plus extraordinaires et merveilleuses qui soient. Salins fut « un complexe industriel parmi les plus imposants d’Europe » à la fin du Moyen Age et atteignit sur apogée à la veille de la guerre de Trente Ans, vers 1630.
Des centaines d’ouvriers et d’ouvrières confectionnaient le sel vendu dans toute la région et bien au-delà, notamment dans le pays de Vaud mais aussi vers Neuchâtel, Genève et Fribourg..Salins buches dans la chaudiere 2
Eté comme hiver, des milliers de chariots se dirigeaient vers Salins pour livrer du bois, afin d’approvisionner les chaudières en combustible, ; ils croisaient d’autres milliers de chariots chargés de sel. Les salines, qui généraient des profits considérables, étaient l’objet de toutes les convoitises, en particulier celles des rois de France.
Rares étaient les manufactures comme Salins où des ouvriers pouvaient, au terme d’une très longue vie professionnelle, bénéficier d’une pension de retraite, ou d’invalidité en cas d’accident du travail ; où les ouvrières transmettaient leurs charges spécialisées de mère en fille ou de tante à nièce ; où elles recevaient une prime d’accouchement ; où les femmes exerçaient des travaux décisifs (confection des pains de sel) et détenaient des offices à responsabilité. Au-delà, certaines femmes dirigeaient des entreprises de transport du sel.
A l’aide de nombreux documents découverts en Suisse, l’auteur montre que le sel de Salins a permis le développement de l’activité fromagère (comté et gruyère notamment). Après la guerre de Trente Ans, Salins produisait prioritairement pour les territoires helvétiques.
Ce livre reconstitue minutieusement le cadre de vie et le travail souvent pénible accompli par ces hommes et ses femmes, restés inconnus, comme Jehanne Meur de Soif, ouvrière à l’époque de Charles Quint.

 

Le Mont Jura, côté comtois, côté helvète, XIIIe - XVIIe siècles

 

 

 

3 haut doubs xiie

 

 

1 terre st claude

Actes de la journée d’étude
publiés sous la direction de Laurence DELOBETTE et Paul DELSALLE

Avec le soutien de la
Fondation pour la protection du patrimoine culturel, historique et artisanal (Lausanne)

La traditionnelle journée d’étude organisée chaque année par Franche-Bourgogne, autour d’un thème d’histoire comtoise médiévale et moderne, fut annulée en raison de la pandémie.
Prévue le samedi 23 mai 2020, à Malbuisson, sur les rives du lac Saint-Point, elle devait être consacrée au Mont Jura, à la chaîne jurassienne, depuis la « Porte de Bourgogne » (région de Belfort) jusqu’au Bugey (Oyonnax, Belley). Nous devions y parler des contacts et des échanges économiques, sociaux, religieux, artistiques, entre les habitants des territoires helvétiques et ceux la Franche-Comté, depuis le milieu du Moyen Age jusqu’à la fin du XVIIe siècle.
Les conférenciers qui avaient été sollicités pour animer et enrichir cette journée dans le Haut-Doubs pontissalien ont accepté de rédiger leurs contributions afin que toutes les personnes qui étaient inscrites (plus de 150) puissent bénéficier des exposés prévus. Nous les en remercions très sincèrement.

Le Jura est une magnifique montagne. Depuis des siècles et des siècles, les hommes y ont établi une frontière, singulièrement stable. Mais, au-delà des pointillés représentés sur la carte, c’est une frontière très humaine, qui unit parfois plus qu’elle ne divise. Certes, au fil du temps, les villageois et les Montagnons n’ont cessé de lorgner chez le voisin, pour aller couper des arbres ou pour essayer d’accroître le pâturage destiné à leurs troupeaux par exemple.  Quelques rectifications mises à part, le tracé frontalier remonte fort loin.
La frontière politique a tenu compte de la géographie. Les plissements ont laissé des brèches, des cluses, des passages pour l’homme et ses véhicules : de ce fait, la frontière n’est pas hermétique, elle attire, elle rapproche, elle rassemble les peuples qui vivent de part et d’autre de ces pointillés cartographiques.

A l’école primaire, en géographie, nous avons tous appris naguère que le Crêt de la neige était le point culminant du Jura. Et pourtant, jusqu’au XIXe siècle, tout le monde savant (écrivains comme cartographes) était persuadé que la Dôle détenait ce titre. Parce que cette montagne s’imposait, comme une évidence, avant le temps des mesures, du baromètre et du GPS qui, aujourd’hui, les rectifient.
Ce Mont Jura nous offre un grand bol d’air pur. Pour marquer la singularité de cette publication, nous avons choisi de quitter le format habituel des volumes des Actes de nos journées d’étude, d’ouvrir les fenêtres et d’adopter un grand format. Celui-ci se prête mieux à une évocation de la splendeur des paysages du massif jurassien.

Auteurs :
Laurent AUBERSON, David BOURGEOIS, Laurence DELOBETTE, Paul DELSALLE, René LOCATELLI, Valentin METRAL, Cédric MOTTIER, Julie ROTHENBÜHLER, Verena VILLIGER-STEINHAUER, Jean-Marie YANTE

Volume dirigé par Laurence DELOBETTE et Paul DELSALLE

Voir le bon de commande ci-dessus

Le tome 4 des tibériades (presque épuisé, une seconde édition est en projet)

Couverture tiberiades4 1a

Ce quatrième tome présente en détail quatre tibériades :
•    N° 23 : la tibériade de Fontaine-Française à Fougerolles, qui date de 1611 : très longue, elle couvre un espace considérable, depuis le duché de Bourgogne jusqu’aux abord de l’Alsace ; elle concerne principalement la frontière entre la Franche-Comté, le duché de Lorraine, le Barrois et les Terres de surséance.
•    N° 24 : la tibériade de Luze et Chagey, qui daterait de 1590 ou 1591 ; cette très belle réalisation graphique dévoile Héricourt et une dizaine de villages voisins ; les territoires représentés sont ceux du comté de Montbéliard et du comté de Bourgogne.
•    N° 25 : le croquis des environs du moulin de Faa à Percey-le-Grand se présente comme le brouillon d’une tibériade, en 1573 ; son étude nous apporte une multitude de détails sur cette région frontalière avec le duché de Bourgogne, non loin de la commanderie de la Romagne, aux abords du comté de Champagne.
•    N° 26 : la tibériade de Mantoche ; elle est relativement récente (datée de 1654) mais il s’agit-là, sans le moindre doute, d’une des plus belles tibériades. Exceptionnellement, elle est agrémentée de personnages et d’animaux, ce qui rend les paysages représentés particulièrement vivants.
Auteurs : Jean-Pierre Bévalot, Bernard Carré, Odile Eglin, Claude Guyon et Jean-François Girardot.

NB. : Les tomes 1, 3 et 5 sont encore disponibles. 
Franche Bourgogne continue à prendre les commandes pour le tome 4 (
à l'aide du bon de commande présenté ci-dessus). Vous pouvez aussi réserver une seconde édition limitée à la Tibériade de Luze et Chagey, édition revue et augmentée (voir rubrique ci-dessous).

 

 

A paraître en 2022 : La Tibériade de Luze et Chagey

 

Luze et chagey

L’ouvrage, relié et imprimé sur papier couché, consiste en une réédition de prestige, revue et considérablement augmentée, de l’étude sur la Tibériade de Luze et Chagey parue dans le Tome 4 des Tibériades du Comté de BourgogneLe texte bénéficie de compléments d'information dus aux recherches et aux données les plus récentes. Les illustrations de l’étude sont reprises en couleurs et éventuellement agrandies ; de nombreuses illustrations et photographies nouvelles et en couleurs sont ajoutées. Il s'agit donc à la fois d'un ouvrage d'étude et d'un beau livre qui peut faire plaisir comme cadeau.

Vous pouvez dès à présent le réserver en remplissant le bon de réservation ci-dessous :

Bon de réservation pour le livre : Luze et ChageyBon de réservation pour le livre : Luze et Chagey

 

Ouvrage à paraître début mai :

Dictionnaire historique de la Franche-Comté sous les Habsbourg (1493-1678)

  • Tome 1 : les personnages ; parfois connus ou célèbres, il s’agit surtout d’hommes et de femmes représentatifs de leur milieu social ou professionnel

Couverture dictionnaire tome 1 b

  • Tome 2 : les matières, dans tous les domaines : géographie, politique, diplomatie, administration, religion, économie, société, culture, art, sciences naturelles (à paraître en 2023)
  • Tome 3 : les lieux ; villes, bourgs, forteresses, abbayes, prieurés, etc. ; un atlas cartographique complète la présentation (à paraître en 2024).

Ce dictionnaire ambitionne de rassembler toutes les connaissances accumulées par diverses recherches depuis une trentaine d’années. L’époque des Habsbourg a été peu étudiée. Il n’existe, pour l’instant, aucune synthèse globale, depuis le règne de Philippe le Beau ou celui de Charles Quint jusqu’à l’annexion de la province par le roi de France Louis XIV. Pour ce premier volume, sans négliger bien évidemment les personnages de premier plan, nous voulions faire connaître les humbles. Quelques notices les représentent : ici un paysan, là un curé, plus loin une ouvrière. Une place de choix est accordée aux artisans et aux artistes, sculpteurs ou musiciens, mais aussi aux médecins sur lesquels auparavant on ne savait presque rien. Cinquante historiennes et historiens ont participé à la réalisation de cet ouvrage.

Auteurs des notices du tome 1 :

  • Laurent AUBERSON, archéologue, historien et traducteur, Schaffhausen (CH)
  • Marie BARRAL-BARON DAUSSY, maître de conférences en histoire moderne, Université de Besançon
  • Olivier BETTENS, historien de la prosodie (CH).
  • Sophie BODIN, doctorante en histoire
  • Aline BOUCHE, archiviste municipale de Montbéliard
  • David BOURGEOIS, doctorant en histoire
  • Philippe BRAGARD, professeur d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, Université catholique de Louvain (B)
  • Bernard CARRÉ, bibliothécaire
  • Jean-Marie CAUCHIES, de l’Académie royale de Belgique
  • Catherine CHÉDEAU (†), maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université de Besançon
  • Romain COURRIER, doctorant en histoire des Arts
  • Laurence DELOBETTE, maître de conférences en histoire médiévale, Université de Besançon
  • Paul DELSALLE
  • Claude DEPAUW, ancien Archiviste de Mouscron (B)
  • Charles DE ZUTTER
  • Audrey DURU, maitresse de conférences en langue et littérature françaises (XVIe siècle), Université de Picardie-Jules Verne, Amiens
  • Odile EGLIN
  • Maxime FERROLI, doctorant en histoire
  • Laura GARCÍA ALMEIDA, doctorante en civilisation espagnole
  • Bénédicte GAULARD, maître de conférences en histoire de l’art moderne,  Université de Dijon
  • Anne-Christine GRENIER
  • Jean-Paul HOYOIS, licencié en histoire, Université catholique de Louvain (B)
  • Steven HUGUENIN, étudiant en histoire
  • Ineke HUYSMAN, Institut Huygens de l’histoire des Pays-Bas, Amsterdam (NL)
  • Jean-Pierre JACQUEMART, Docteur en histoire de l’art
  • Quentin JOUAVILLE, Docteur en histoire
  • Christian JOUFFROY
  • Jean-Pierre KEMPF
  • Jean-Philippe LEFÈVRE
  • Hugo MILLET, étudiant en histoire
  • Jean-Luc MORDEFROID, Directeur du service d'archéologie et des musées de Lons-le-Saunier
  • Olivier MOINE, chargé de recherches au CNRS
  • Henri MOREAU, vice-official de l’archevêché de Paris, docteur d’Etat en histoire
  • Cédric MOTTIER, docteur en histoire, Université de Chambéry
  • Julien MOUILLEBOUCHE, étudiant en histoire
  • Jacques PAVIOT, professeur d’histoire médiévale, Université de Paris-Est Créteil
  • Séverine PEGEOT, docteur en histoire de l’art
  • Gérard PELOT, docteur en histoire médiévale
  • Catherine PLUVINAGE
  • Arnold PRENEEL, Louvain (B)
  • Loïc RÉGNIER, étudiant en histoire
  • Emma RENAUD, couturière et brodeuse d’art
  • Bertrand SCHNERB, professeur d’histoire médiévale, Université de Lille
  • Anthony SOARES, étudiant en histoire
  • Jean STEINAUER, écrivain, Fribourg (CH)
  • Jacky THEUROT, médiéviste
  • Philippe THIÉFAINE
  • Manuel TRAMAUX, chancelier de l’archevêché de Besançon
  • Philippe VAN DE ZAAL
  • Verena VILLIGER STEINAUER, historienne d’art, Fribourg (CH)
  • Julie VERSELE, Bruxelles (B)

    Sous la direction de Paul Delsalle avec l’aide de Maxime Ferroli

    Dessins des lettrines des chapitres :  Constance Moretti

    Relecture, vérification : Odile Eglin

    Editions Cêtre, à Besançon, parution prévue au printemps 2022 (pour le tome 1).

Pévèle, une histoire paysanne / par Paul Delsalle

Pevele2

Bon de souscription : Pévèle une histoire paysannePévèle une histoire paysanne

A ne pas oublier :

Les annonces, informations, demandes d’entraide pour des recherches en cours, etc. doivent nous parvenir le plus rapidement possible pour être publiées sur notre site. Merci.